Accès aux réseaux sociaux au travail : bilan et solutions.

Le fait de surfer sur le web vous rend-il plus productif au boulot ? Cinq minutes sur Facebook peuvent-elles vous aider à faire le vide pour ensuite vous permettre d’être encore plus concentré sur votre travail? Les dernières tendances des recherches en sociologie confirment ces hypothèses, tandis que la majeure partie des entreprises interdisent ou restreignent le « surf personnel » pendant les horaires de bureau. Ces mêmes recherches confirment aussi que les employés libres de toute connexion à Internet ont une productivité accrue de 9%.

Récemment, plusieurs cas juridiques ont défrayé la chronique, à propos de licenciements d’employés qui avaient critiqué de façon abusive leurs supérieurs ou leurs entreprises sur les réseaux sociaux, exposant ainsi le blâme au grand public et impliquant un préjudice moral voire financier important. Initialement contestés par les prud’hommes, ces licenciements ont d’ailleurs finalement été jugés comme fondés, étant donné que les propos avaient été tenus sur un «site social ouvert».

Pour défendre l’accès aux web et aux réseaux sociaux en entreprise, l’on peut avancer deux grands principes juridiques : d’une part la protection de la vie privée (l’article 9 du code civil) et d’autre part la protection de la correspondance privée. Néanmoins ces arguments trouvent une limite à partir du moment où un employé cause un trouble manifeste à l’entreprise et lorsque la correspondance n’est plus privée, car diffusée sur le web.

Et c’est bien là que Facebook ou Twitter peuvent poser problème, car ils sont tous deux des espaces privés ouverts au public. Entendez que sur ces plateformes de communication les échanges d’informations personnelles sont en principe restreints, mais aussi que toutes les informations qui vous concernent peuvent être utilisées et diffusées à votre insu par vos contacts et vos amis d’amis.

De ce fait, les employeurs peuvent tout à fait utiliser la correspondance privée d’un employé pour le licencier, à partir du moment où le contenu du message a été révélé par un plaignant et que l’information diffusée génère manifestement un trouble pour l’entreprise

Pour les salariés, comment protéger ses données personnelles et son surf sur les réseaux sociaux pour éviter un licenciement pour faute ?

Téléchargez ici notre fiche technique pour accéder à nos conseils juridiques :

Fiche E-marketing N°9 : Conseils juridiques pour la bonne utilisation des réseaux sociaux (46)
(vous devez être membre du site pour télécharger. Créez un compte gratuit ici)

Du côté des employeurs, comment ouvrir les vannes de l’internet dans l’entreprise, pour satisfaire le personnel sans qu’il y trop d’abus et donc une perte de productivité ? Voici une infographie présentant les stratégies de web management qu’un DSI pourrait appliquer pour une meilleure gestion de l’usage du web dans son entreprise.)


Cliquez sur l’infographie ci-desous pour zoomer

twitter et facebook au boulot

.

En savoir plus :

Site sur l’analyse de l’utilisation des réseaux sociaux en entreprise (WILB)
.

Pour les zygomatiques :
.

Aucune reponse to “Accès aux réseaux sociaux au travail : bilan et solutions.”

Ecrire une reponse ou un commentaire